Questions / Réponses

1. Que signifie D.O. ?

Ce terme à plusieurs significations :

- Il veut en général dire qu'un ostéopathe a suivi une formation complète jusqu'à son diplôme (en général 6 années d'études), et a soutenu un mémoire de fin d'études devant un jury de confrères.

- Par conséquent, on peut lui donner la signification de : " Diplômé en Ostéopathie "

- A.T. Still, le créateur de l'ostéopathie, en faisait un jeu de mots, en disant aux ostéopathes que cela signifiait aussi “Dig On“, ce qui signifie “toujours aller chercher plus loin”.

2. Que signifie D.O. MROF ?

MROF : Signifie “Membre du Registre des Ostéopathes de France”, c'est un sigle réservé aux adhérents du ROF.

Et pourquoi cette association ?

Les ostéopathes à l'origine du ROF ont voulu que les patients puissent avoir des garanties de qualité lorsqu'ils consultent un ostéopathe. Ils ont donc pris l'initiative de l'imposer des règles strictes de déontologie et d'éthique en créant cette association et en y adhérant. Tous les ostéopathes membres du ROF sont diplômés après une formation de 6 années d'études et exercent exclusivement l'ostéopathie.

3. Serai-je remboursé ?

Aujourd'hui, l'ostéopathie n'est pas remboursée par la sécurité sociale. Cependant, de plus en plus de mutuelles remboursent désormais les traitements ostéopathiques : certains organismes proposent le remboursement d'une partie de la consultation, d'autres le remboursent un nombre déterminé de consultations par an.

4. Quelle est la différence entre un ostéopathe et la kinésithérapie ?

La Kinésithérapie est une méthode s'attachant préférentiellement à la rééducation et au traitement des symptômes.

L'Ostéopathie a pour but de rechercher la cause des pathologies, qui peuvent être parfois à distance (dentition affectant les cervicales), ou parfois d'origine traumatiques anciennes (accident de voiture, chute de ski, fracture du coccyx dans l'enfance), et de traiter ces causes. Toutes nos professions sont en étroites relation, votre Kinésithérapeute pourra par exemple vous diriger vers un Ostéopathe, qui lui-même vous dirigera vers un podologue, un acupuncteur, un orthodontiste.

5. L'ostéopathie est-elle reconnue en France ?

Le 4 mars 2002, des décrets sortent en France, et reconnaissent officiellement le titre d’ostéopathe. (Article 75 de la loi n°2002-303 du 4 Mars 2002).

En 2007, de nouveaux décrets viennent encadrer ceux de 2002. Ils clarifient l’enseignement et le champ de compétence des ostéopathes.

6. Je me suis bloqué le dos en ramassant quelque chose ou en me baissant : L'ostéopathe peut-il m'aider ?

Ce phénomène porte le nom de lumbago. Il s'agit d'un état douloureux du rachis lombaire, que de nombreux patients nomment « tour de rein ». Le traitement ostéopathique va « lever les tensions musculaires » impliquées dans le processus douloureux, tout en redonnant de la mobilité aux différentes structures du corps qui en avaient perdu.

7. J'ai un torticolis et ne puis plus tourner la tête : L'ostéopathe peut-il m'aider ?

Un torticolis correspond à un spasme douloureux des muscles du cou. Le spasme musculaire n'est, souvent, que la conséquence d'un blocage articulaire. En traitant l'articulation, l'ostéopathe pourra éradiquer les spasmes musculaires douloureux et redonner aux cervicales leur mobilité d'origine.

8. J'ai une forte migraine qui m'invalide complètement : L'ostéopathe peut-il m'aider ?

Les migraines et céphalées se caractérisent par des douleurs du crâne, le plus souvent localisées dans les régions temporales, orbitaires, accompagnées de signes. Leur traitement diffère en fonction de leurs origines. L'ostéopathe s'efforce d'identifier la cause pour soulager la crise. Le traitement ostéopathique vise également espacer les crises au maximum.

9. L'Ostéopathie n'agit-elle que sur les problèmes de dos ?

Le mal du dos représente aujourd'hui le mal du siècle. Il est vrai que le terme d'ostéopathie évoque les notions articulaires et osseuses. Néanmoins, l'ostéopathie a un rôle à jouer préventif et curatif dans de nombreux domaines intégrant le système digestif, crânien, structurel et fascia. Son rôle est d'assurer une symbiose entre tous ces éléments. Cf "Pourquoi Consulter" pour retrouver des exemples.

10. Je suis enceinte, est-il recommandé de consulter un ostéopathe ?

La grossesse entraîne des changements hormonaux qui rendent les ligaments plus laxes (ou distendus), ce qui modifie le schéma corporel. Ceci peut entraîner des douleurs que l'ostéopathe est à même de traiter. La patiente évite ainsi de prendre des médicaments, contre-indiqués d'ailleurs, pour la plupart, durant une grossesse.

11. J'ai très mal, dois-je attendre que la douleur se calme pour consulter l'ostéopathe ?

Bien au contraire, l'ostéopathe est là pour soulager votre douleur le plus rapidement possible.

12. Je me suis bloqué en faisant un geste ou un mouvement complètement anodin (un éternuement, par exemple). Est-ce grave et que puis-je faire ?

Un mouvement a priori familier peut, sur des dysfonctions préexistantes, engendrer un blocage et de fortes douleurs. L'ostéopathe est à même de soulager le tissu en souffrance et de comprendre pourquoi la zone qui souffre est fragile. Il s'attachera donc à régler les dysfonctions préexistantes pour traiter à la fois la douleur et la cause du blocage.

13. Je suis très stressé, l'ostéopathie peut-elle m'aider ?

Le stress est géré par le système nerveux, plus précisément le système nerveux sympathique. Grâce à un traitement et des techniques spécifiques, l'ostéopathe peut parvenir à harmoniser les éventuels déséquilibres du système nerveux sympathique.

14. J'ai de l'arthrose, l'ostéopathie peut elle agir ?

L'arthrose est une pathologie dégénérative du cartilage articulaire. Un traitement ostéopathique précoce sur une arthrose permettra de réduire la douleur et limitera l'amplification du phénomène de dégénération.

15. Existe t'il plusieurs ostéopathie ?

On entend souvent parler d'ostéopathie crânienne, viscérale, structurelle ... Un ostéopathe ne peut se définir comme ostéopathe crânien, structurel. Il a pour rôle de ré-harmoniser le corps du patient. Pour cela, il définit un traitement qui pourra ou devra faire appel à la combinaison de l'ensemble de ces techniques afin d'obtenir l'efficacité souhaitée.

16. Faut-il avoir peur d'avoir mal ?

L'ajustement ostéopathique nécessite une dextérité qui s'acquiert au fil des 6 années d'études. Au cours de la séance, le praticien repère les zones sensibles. Le soin est agréable. Un traitement bien réalisé est parfaitement indolore.

17. Que faire ou ne pas faire après une séance en ostéopathie ?

Juste après, il est recommandé de faire une petite marche d'une dizaine de minutes afin que le cerveau intègre à nouveau le mouvement de ses articulations.

Le soir même, ne pas s'étonner de ressentir une petite fatigue, les toxines musculaires étant libérées dans la circulation générale et il faut s'en débarrasser.

Un bain chaud après un travail musculaire peut aider au traitement.

18. Les radiographies sont-elles nécessaires ? 

Les radiographies sont utiles afin de savoir s'il n'y a pas de contre-indication à l'ajustement et de voir comment corriger votre dysfonction vertébrale. Si vous ne disposez pas d'examens récents, votre ostéopathe, s'il le juge nécessaire, vous orientera directement vers un radiologue qui est prescripteur de ses actes. Ainsi, vous obtiendrez un remboursement des clichés radiographiques ou d'autres imageries (scanner, IRM...).

19. L'ostéopathe fait-il systématiquement craquer les vertèbres ?

Non. L'ostéopathe utilise la méthodologie la plus appropriée à votre cas. Le craquement vertébral n'est pas systématique, et même dans certains cas, il est contre-indiqué. Si vous avez une appréhension, n'hésitez pas à en parler à votre thérapeute. Il dispose de plusieurs techniques pour travailler : tractions intermittentes, techniques structurelles douces, stimulations neurologiques réflexes... Et vous n'entendrez pas un bruit ! Le craquement articulaire ; Le craquement articulaire qui accompagne certaines manipulations est souvent considéré, à tort, par les patients comme le signe d'un geste thérapeutique réussi. Il n'y pourtant rien de plus simple que de faire « craquer » ses doigts, sans pour autant qu'il y ait nécessité ni utilité de le faire. Il en va de même pour les autres articulations du corps. Le craquement n'est pas la justification du geste thérapeutique, il n'est qu'une conséquence inconstante d'une mobilisation de l'articulation.

20. Qu'est ce que le principe d'autoguérison ?

Le corps humain a la faculté de s'auto guérir si sa structure et l'ensemble de ses fonctions sont harmonieuses. Exemple : le mal de dos. Combien de personnes se sont bloquées le bas du dos en se brossant les dents le matin ? Des millions, néanmoins, on ne considère pas que cela relève d'un lumbago. Le corps est capable de compenser jusqu'à un certain point, mais si des facteurs aggravants (stress, hygiène de vie,...) interviennent, le lumbago se reproduira et s'accentuera si les pertes de mobilité ne sont pas réduites. On retrouve alors la notion du préventif dans le traitement par l'ostéopathie.